Triathlon, s’entrainer seul ou en peloton?

Rouler en groupe permet de progresser avec des cyclistes plus performants.

rouler-en-groupe-ou-en-peloton-triathlon-cyclisme

Pourquoi le fait de rouler en peloton, nous permet-il de progresser ?

Certains ont parfois peur de partir rouler en groupe car les autres sont meilleurs qu’eux. Mais justement l’avantage dans le cyclisme, c’est que l’on peut bénéficier de l’aspiration et donc de rouler avec des personnes pour performantes.

Si le décalage de niveau est vraiment marqué, alors il faudra bien évidemment rester derrière le groupe, se « planquer » pour bénéficier de l’abri du groupe. Cela permettra de rouler à une allure plus importante que ce que le cycliste a l’habitude. Il faudra tout de même mettre de l’énergie pour rester en permanence dans le peloton sinon en cas de décrochage il sera impossible de revenir.

Si au contraire l’écart de niveau est faible, alors il sera bénéfique d’essayer de passer de temps en temps à l’avant du groupe pour emmener ponctuellement le peloton. Cela permettra d’une part aux copains de se reposer un peu aussi et ainsi garder une bonne ambiance pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui emmène le train.

Ensuite le fait d’emmener le peloton par moment permet aussi de se donner au maximum pendant une courte période puis ensuite se remettre à l’abri pour récupérer. En alternant ainsi les efforts, cela permet de varier les sollicitations sans s’épuiser prématurément et ainsi le répéter un grand nombre de fois.

Le fait de rouler en groupe permet égaler d’emmener des braquets que l’on n’a pas l’habitude car une fois « à l’abri » la résistance est plus faible. Au fils des séances, ces fameux braquets passeront même en étant seul ou à l’avant.

 

Respecter des règles de bon usage dans un peloton est primordial pour le bon déroulement de la sortie ; comme par exemple :

– Signaler l’arrivée d’un obstacle (panneau, trou, plaque d’égout, …) à ses poursuivants qui eux ne voient rien.

– Eviter les écarts latéraux brusques

– Eviter de freiner brutalement lorsque l’on est à l’avant

– Garder ses mains proches de freins (sur les cocotes ou en bas du cintre) lorsque l’on est au centre ou à l’arrière du groupe

– Eviter de cracher ou recracher ce que l’on vient de boire quand il y a du monde derrière (c’est désagréable de se le prendre en plein visage).

Cependant pour la pratique du triathlon, il ne faut pas rouler uniquement dans un groupe. Il faut également s’entrainer à rouler seul et à emmener les braquets en permanence. En effet, en triathlon, l’aspiration (ou drafting) étant interdit, il faut s’habituer aussi à rouler avec le vent de la vitesse et parfois le vent de la météo.

Si vous avez aimé cet article, cliquez sur « j’aime » et partager le 😉

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 réflexions sur « Triathlon, s’entrainer seul ou en peloton? »

  1. pour un triathlete il ne faut pas abuser des sorties en groupe , l’inséré dans sa préparation mais apprendre a rouler contre les éléments seul est le primordial en montée plat et faux plat .

    1. Nicolas PRELY dit :

      Je suis entièrement d’accord avec toi. Il fait s’habituer à rouler seul avec le vent et ne pas se reposer trop souvent en se mettant à l’abri car en triathlon, on se retrouve seul

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *