Triathlon : Faut il nager en piscine ou en eau libre pour progresser?

Certains redoutent l’épreuve de natation dans le triathlon car elle est moins naturelle pour eux que de pédaler ou de courir.

La question se pose parfois si l’on doit aligner des longueurs en piscine ou bien plutôt aller nager en eau libre en lac, rivière ou encore en mer.

swimming-42120_640

1°La natation en piscine

La pratique en piscine est presque incontournable car elle permet dans un premier temps de s’initier facilement à la natation surtout si le milieu aquatique n’est pas familier. En effet, cela permet de s’essayer à la nage avec peu de profondeur, dans une eau clair et translucide, de toujours être à proximité d’un bord et d’être entouré par du personnel surveillant et d’autres nageurs.

Ensuite la natation en piscine permet d’effectuer un grand nombre d’exercices techniques nécessaires à la progression. La natation étant probablement le sport le plus technique du triathlon et sans la technique inutile d’essayer d’aller vite ou de forcer, cela restera difficile et inefficace.

Enfin, la piscine permet également de travailler sur des distances maitrisées et donc de faire des séries d’endurance ou de vitesse avec  des séances bien précises, ces fameuses séances étant primordiales pour la progression.

2° La natation en eau libre

La pratique en eau libre reste moins naturelle chez la plupart des nageurs. Certains se font une petites sortie de temps en temps mais c’est assez rare que ce soit régulier.

En effet nager seul en lac, en rivière ou encore en mer peu être rebutant et peu être également dangereux si l’on ne prend pas quelques précautions.

Idéalement, il est préférable de nager à plusieurs mais cela n’étant pas toujours possible, il faut alors respecter quelques principes.

En mer, se renseigner s’il y a des courants partant vers le large appelé courant d’arrachement ou encore baïnes pour éviter de se faire emporter ou de luter inutilement à contre courant.

Le principe d’un courant d’arrachement en mer:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_d’arrachement#/media/File:Backcomp-clean.gif

Nager avec une bouée de sécurité attachée derrière soit, il en existe des spéciales pour la nage en eau libre pas forcement faciles à trouver  ou  sinon prendre une bouée de plongée sous-marine, ce n’est pas très cher et se trouve dans n’importe quel magasin de plongée en bord de mer. Cela vous permettra de vous signaler dans l’eau vis à vis des bateaux et éventuellement de vous y accrocher en cas de crampe.

Maintenant, voyons aussi ce qu’apporte la natation en eau libre.

Cela permet dans un premier temps de se familiariser avec la nage en combinaison, en effet ce sera plutôt rare que vous ayez le droit d’essayer votre combinaison à la piscine sauf si vous nager en club et qu’ils organisent une séance spéciale. Les bonnes combinaisons se font rapidement oublier mais la première fois cela peut tout de même perturber avec le léger effet de compression et la sensation d’avoir plus de difficulté à lever les bras (ou plutôt de les mettre vers l’avant en nageant).

Les nageurs moins rassurés trouveront cette fois-ci un avantage, la combinaison apport une aide à la flottaison et donc le travail des jambes pourra être allégé.

Nager en eau libre vous permettra de travailler l’observation et la direction. En piscine, il suffit de baisser la tête et suivre la ligne tracée au fond mais là plus de ligne et même parfois l’eau sera trouble est moins rassurante. Il faut donc apprendre à lever les yeux fréquemment pour nager droit. Les premières fois sont souvent catastrophique mais on s’habitue rapidement. Il faudra s’entraîner à prendre des points de repère visuel facilement identifiables. Lors d’une compétition il y aura des bouées bien souvent de couleur vive que l’on repère bien.

Ensuite, il est bien aussi de faire des sortie en eau libre en groupe pour travailler aussi les départ groupé. Le départ d’un triathlon se faisant toujours en groupe, cela peut être angoissant si l’on ne s’y a pas préparer du tout.

Pour finir, cela vous permettra de travailler l’endurance car en eau libre vous ferez naturellement des distances plus longue sans faire d’arrêt ou encore de demi tour sur un mur.

En conclusion, il convient de pratiquer les deux types de sortie pour pouvoir progresser et éliminer les appréhensions.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article:boue natation eau vive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *