Osez… le premier triathlon

Certains s’interrogent encore, le triathlon, j’y vais … J’y vais pas. D’autres se disent « allez, je tente ma chance » en ayant encore une part de stress car peur de l’inconnu et beaucoup d’idées reçues sur la discipline.

premier-triathlon

Que vous ayez pris la décision ou que vous hésitiez encore, ces lignes sont pour vous et vous rassureront.

Lancez-vous dans un premier temps dans la lecture de cet article et inscrivez-vous ensuite à votre première épreuve de triathlon.

 

  • A quoi s’attendre ?

Cela s’est vérifié auprès d’un grand nombre de débutants (et les autres aussi), la journée va se dérouler très vite. Ceci pour plusieurs raisons :

-Il y a énormément de choses à faire sur une journée de course en triathlon

-Il y aura (même si vous vous préparez) une part de stress

-Il y aura peut-être des amis ou de la famille qui viendra vous voir relevé le défi dont vous parlez depuis longtemps, vous serez comme une star et il faudra communiquer avec eux alors que vous aurez probablement envi de vous concentrez

-Il y aura un grand nombre de concurrents un peu partout qui circulent dans tous le sens

 

 

  • Comment s’organiser ?

Pour limiter le stress, augmenter vos chances de réussite, il faudra être un minimum organiser afin que la journée se déroule au mieux et qu’il y ait un minimum d’imprévu (source de stress supplémentaire).

Voici un peu d’aide pour essayer d’organiser au mieux sa journée. Ceci n’est en aucun cas « l’exemple parfait » mais c’est un exemple qui fonctionne.

1. Prise d’infos sur les horaires 

Pour commencer essayer de connaitre en amont (souvent dispo sur le site internet de l’épreuve) le programme de la journée. Il est préférable de connaitre les horaires car il y a souvent plusieurs épreuves dans la journée (un sprint, un olympique, une ou plusieurs courses pour les enfants, un format longue distance). Les organisations sont bien souvent assez « carré » sur les horaires et il ne faut pas arriver en retard sous peine de ne pas pouvoir s’échauffer et de prendre un mauvais départ.

Dans les horaires il faut retenir, l’heure de récupération des dossards, l’heure d’ouverture et de fermeture de la zone de transition, l’heure du briefing et l’heure de l’échauffement natation et l’heure du départ.

2. Récupération des dossards

Une des premières choses à faire, sera de récupérer son dossard de course et d’avoir les premières consignes de course. En général on vous donne aussi un programme de la journée mais souvent vous l’avez déjà trouvé car il faut parfois chercher son numéro de course sur un tableau d’affichage avant de récupérer le dossard.

3. Repérage des sens de circulation 

Une fois le kit du triathlète en poche (souvent un dossard mais parfois deux, un bracelet, quelques pub pour d’autres épreuves, parfois un cadeau de bienvenu), vous pouvez profiter de l’éventuelle disponibilité des arbitres et organisateurs pour les interroger sur les sens de circulation, point d’entrée dans l’air de transition, point de sortie. Ceci est très important car lors de la course tout va aller vite et il ne faudra pas avoir à réfléchir. Avec la fatigue la réflexion sera d’autant plus difficile.

 

4. Préparation du matériel 

Le ton monte et il est temps maintenant de préparer le matériel que l’on va apporter dans l’air de transition. Idéalement, il est est préférable de se constituer une liste déjà quand on on prépare le matériel en partant de son domicile et il peut être utile de marquer sur cette liste tout ce dont on devra prendre pour les transitions.

Il sera donc nécessaire d’avoir avec soi, le casque de vélo, les chaussures(vélo et course à pied), éventuellement les chaussettes, le dossard (de préférence attaché à un porte dossard), une casquette et des lunettes de soleil (pour la saison estivale) et prévoir les bidons et autres ravitaillement que l’on souhaite prendre avec soi sur le parcours.

 

5. Installation dans parc de transition

Pour limiter l’affolement durant la course, il peut être très utile d’être méthodique et organisé pour déposer son matériel.

Généralement les arbitres et organisateurs vont indiquer dans quel sens il faut accrocher le vélo sur les supports adéquats. Ensuite le rangement du matériel (s’il est autorisé de le laisser à proximité du vélo est totalement personnel mais idéalement il est préférable de le ranger dans l’ordre où l’on aura besoin de s’en servir durant la compétition.

Ensuite, il sera très important de repérer (si ce n’est pas déjà fait) le sens de circulation (où est ce que l’on rentre en arrivant de la natation, dans quel sens a-t-on le droit de prendre les allées, où doit on ressortir avec le vélo, où va-t-on rentrer avec le vélo et où ressort on pour la course à pied).

 

6. Echauffement  

Parfois il fera frais et certains préféreront s’échauffer en trottinant au bord du plan d’eau mais l’idéal est quand même de commencer à nager un peu pour se mettre dans la course, s’échauffer les parties du corps qui vont bientôt être sollicitées. Vous pouvez aussi lire pourquoi s’échauffer avant le départ 

 

7. Comment prendre le départ ?

Voir article « comment bien partir en natation »

 

8. Et pendant la course ? 

Une fois le départ donné il faudra ne pas se laisser emporter par l’euphorie car sinon on sera vite rappeler à l’ordre par notre propre corps. Plus on fera une grande distance plus il faudra gérer avec prudence sa course. L’erreur typique des débutants est de suivre le flot et généralement quand on commence sur des petites distances (par exemple sur un sprint), les habitués vont partir à un rythme extrêmement élevé et si l’on essaie de suivre, on se retrouvera vite dans le rouge et l’arrêt sera presque inévitable.

Il faut donc faire attention de ne pas se sur estimer.

 

Pour les transitions il faut bien veiller à ne monter sur le vélo qu’après la ligne de délimitation de la sortie de zone et pareil au retour, descendre du vélo avant cette ligne. En cas de doute les arbitres sont toujours là pour vous renseigner.

Rappel : Sur la plupart des triathlons, il est absolument interdit de faire du « drafting » en vélo. Cela signifie qu’il est interdit de se mettre dans l’aspiration d’un autre, il faut respecter une distance minimum d’intervalle (aux alentours de 10m).

 

Astuce : Calmez un peu le rythme en vélo sur les derniers kilomètres pour pouvoir enchaîner sur la course à pied, c’est bien souvent cette transition qui fait mal et qui surprend la première fois.

En résumé :

Soyez confiant, détendez vous, préparez un minimum votre grand jour et tout se passera bien. En triathlon il y a tous les niveaux, des débutants qui essaient pour la première fois jusqu’au pro affutés comme vous ne l’imaginez même pas, en passant par tout un nombre de niveau intermédiaires et tous sont là pour se faire plaisir et trouver leurs limites personnelles. Personne ne vous jugera, et au contraire les autres seront admiratifs de l’exploit que vous venez de relever.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez cliquer sur J’aime et le partager ;)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *