On n’a pas tous la chance d’être « pro »

Parmi les nombreux pratiquants de sport, nous n’avons pas tous la chance d’être un professionnel.

Les professionnels ont la chance d’avoir des kinésithérapeutes pour se faire masser après l’effort, mais en tant qu’« amateur », des solutions alternatives existent.

 

massage-recuperation

1° Pourquoi se faire masser après l’effort

Nous l’avons déjà évoqué dans un précédent article (les 5 clés de la récupération), pour récupérer plus vite après un effort intense (compétition ou entraînement important) nous pouvons avoir recours à différentes techniques et les massages en font partie.

Pour produire un effort il se crée une oxydation de substrat dans l’organisme et cette réaction chimique (pour l’humain, on parle de biochimie musculaire) produit de l’énergie plus des « déchets ».

L’énergie est donc utilisée par les muscles. Les déchets (en partie des lactates), quant à eux se font ressentir par une sensation de brulure pendant l’effort et sous la forme de courbature après l’effort.

L’intérêt des massages, est donc tout simplement d’accélérer l’élimination de ces toxines.

 

2° Les alternatives

2.1 L’électrostimulation

Le principe de l’électrostimulation est le même que de pratiquer la récupération active. C’est à dire, faire un exercice physique à intensité légère d’une courte durée dans le but de faire circuler les toxines afin que l’organisme les élimine rapidement.

L’avantage que peut avoir l’électrostimulation c’est qu’elle peut d’une part se pratiquer relativement facilement (certains sportifs le font même à l’aéroport en attendant le vol pour rentrer d’une compétition). D’autre part cela permet de faire travailler les muscles sans mettre de charge de travail sur les articulations, (on peut parfois avoir de fortes douleurs dans les genoux après de longues épreuves de courses à pied).

L’électrostimulation fait circuler un courant électrique dans les muscles choisis afin de provoquer une contraction de celui-ci. Si l’on positionne correctement les électrodes (un grand nombre ne le fait pas correctement), les contractions peuvent être plus importantes que la contraction naturelle et permettent également de faire des exercices de force au lieu de la récupération.

 

2.2 La Trigger Point Therapy

La quoi ??? Je me suis dit la même chose quand un médecin du sport m’a parlé de ceci lors d’un échange sur la préparation d’une grosse épreuve.

Si l’on traduit de l’anglais « Trigger Point », nous avons :« point de déclenchement ». En réalité, c’est très simple.

La technique

Cette technique consiste à produire les points de pression avec les doigts d’un masseur sur les muscles pour appliquer un « massage profond ». Cette technique permet de « décoller » les fibres musculaires afin de leur redonner leur liberté.

Pour reproduire ces points de pression, on peut aussi avoir recours à un accessoire qui n’est autre qu’un tube enrobé de pavés de mousse de différentes tailles.

Le rouleau de mousse permettant de pratiquer cette thérapie
Le rouleau de mousse permettant de pratiquer cette thérapie

On pose le rouleau au sol et on doit se déplacer sur celui-ci (en le faisant rouler) sur la zone du corps que l’on souhaite traiter.

rouleau-de-massage-trigger-point

Le poids du corps exerce naturellement une pression sur le rouleau et les pavés de mousse appliquent une pression sur le/les muscles concernés.

C’est extrêmement simple d’utilisation.

 

La durée

Lors de ma découverte de cette technique, j’ai posé une question probablement un peu naïve (que vous vous posez peut-être) : « Il faut le faire pendant combien de temps ? »

Là-dessus le médecin m’a répondu avec un léger sourire : « faite déjà 10 aller/retour sur les muscles qui vous intéresse et vous verrez ».

Lors de mon premier essai j’ai immédiatement comprit pourquoi il avait le sourire… Effectivement, on peut parler de massage profond, la pression est vraiment intense et lorsque l’on a déjà quelques points douloureux, le 10 retour est le bienvenu.

En revanche, la décontraction se ressent immédiatement une fois la séance terminée et le lendemain, les courbatures oubliées.

 

Pour quels muscles ?

On peut appliquer cette technique sur tous les muscles du corps. Il suffit de trouver la bonne position pour se déplacer en faisant rouler le tube. Bien évidemment ce sera plus facile pour certains que pour d’autres à trouver la position qui va bien.

Pour les mollets ou l’intérieur des cuisses, on peut croiser les jambes et rester en appui sur les coudes (ça permet de travailler le gainage en même temps). Pour le dos, il est très facile de se positionner.

3° Expérience

Personnellement, je l’utilise surtout pour les jambes et le bas du dos. Cela peut parfois être un peu douloureux mais quel bonheur dans le bas du dos après une séance de quelques minutes seulement…

Si vous n’avez pas la chance d’avoir un ami kiné, c’est à essayer absolument.

On en trouve dans certains magasins de sport et très facilement sur internet. Les prix varient en fonction de la taille que vous choisirez.

Conclusion

Cette technique est assez peu connue et très peu utilisée à des fins de massages. Elle est pourtant très simple de mise en œuvre, rapide et efficace. Malgré la taille contenue du rouleau, on ne pourra pas forcément le transporter partout avec nous, cela prend vite de la place dans une valise.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article:новости челябинск мир 74

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *