Les 5 phases de la préparation d’un triathlon

Préparer la saison de compétition en triathlon ou même une seule épreuve dans l’année ne se fait pas au dernier moment.

Cette préparation se prévoit plus ou moins longtemps à l’avance et surtout se décompose en plusieurs phases d’entraînement.

preparation triathlon

Voyons ici ces différentes étapes qui permettent d’être au top.

1 Intersaison

Moment de coupure totale pour certains ou période de changement d’activité pour d’autres. En effet, certains ont besoin de couper totalement soit pour faire une coupure « physique » car ils ont eu une grosse saison sportive et ont donc besoin de laisser le corps se relâcher un peu, soit pour une coupure psychique car cela fait du bien au moral aussi de temps en temps de couper, de relâcher un peu la pression pour pouvoir mieux revenir.

D’autres n’en éprouvent pas le besoin et peuvent alors pratiquer d’autres activités qui pourront  développer d’autres facultés physiques ou même d’autres facultés mentales. Ce changement d’activité permet de maintenir un certain niveau physique tout en procédant à une coupure psychique.

Cela permet de prendre du plaisir en pratiquant d’autres sports tout aussi ludiques.

Le but de cette période n’est donc pas de se faire mal mais de récupérer au maximum, de se refaire une santé tout en prenant du plaisir et refaire le plein de motivation.

 

2 Foncier

Ensuite intervient la partie où l’on va reprendre l’entraînement pour son sport, ici nous parlerons de triathlon mais ceci est tout à fait applicable aux autres. Le foncier est donc la phase où l’athlète va développer son endurance fondamentale. Cette période est très importante car c’est le pilier ou la base de la préparation. Sans cette étape il sera difficile de progresser sur des rythmes plus élevé ou sur des durées importantes. L’entraînement se fait sur des rythmes « relativement » souples en variant parfois un peu pour habituer l’organisme à « monter en régime ». Le rythme lent devra constituer au moins 80% du temps d’entraînement.

 

3 Volume

On se rapproche alors de la date de l’objectif et l’athlète devra donc augmenter le volume d’entraînement cette fois. L’augmentation devra se faire par paliers ou étapes progressives. Le but étant de « choquer » doucement l’organisme et le forcer à s’habituer à des charges de plus en plus longues.

Attention toutefois à ne pas passer du simple au double sans transition. Par exemple un athlète qui fait 3h d’entraînement par semaine depuis des années, ne devra pas passer à 6h du jour au lendemain. Il faudra le faire progressivement sous peine de craquer physiquement après quelques semaines.

Pendant la phase de volume, le rythme de base sera un peu plus soutenu que la phase de foncier tout en conservant la même proportion de lent/rapide (80/20)

Volume croissant et progressif
Volume croissant et progressif

 

4 Spécifique

Ensuite on se rapproche de plus en plus de l’objectif et il sera alors le moment de travailler les rythmes spécifique.

Cela signifie qu’il sera nécessaire de travailler les allures de compétition. Durant cette phase il y aura beaucoup de variabilité dans les allures d’entraînement. Il y aura davantage de volume d’entraînement proche de l’allure de course mais de fait pour ne pas s’épuiser non plus, il y aura donc aussi des entraînement plus souples et longs alternés avec des séances très intenses mais plus courtes. Que ce soit en natation, en vélo ou encore en course à pieds les séances devront être différentes à chaque fois. Il y aura également au programme des jours de récupération au minimum active mais parfois passive.

Période de préparation spécifique avec récupération
Période de préparation spécifique avec récupération

 

5 Intensif

La dernière période préparatoire, quant à elle sera assez courte car proche de l’objectif. Elle permettra de maintenir l’organisme à son plus haut niveau tout en récupérant des sollicitations encaissées au préalable.

Cette période sera constituée de séance relativement courtes mais intenses, ce qui permettra de maintenir le métabolisme au top tout en ne consommant pas les réserves fondamentales afin que celles-ci se régénère au mieux avant l’épreuve.

Période de préparation avec séances courtes et intensives
Période de préparation avec séances courtes et intensives

 

En conclusion:

La préparation d’une saison ou même d’une épreuve surtout si c’est un un log format passe par différentes étapes qui se différencient par le volume et l’intensité des entraînements. Au milieu de cela il y également des périodes de récupération à respecter afin que l’organisme s’adapte au mieux et progresse d’autant.

 

Si vous avez aimé cet article, alors cliquez sur J’aime et partagez le 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 réflexions sur « Les 5 phases de la préparation d’un triathlon »

  1. Christian Dupont dit :

    Salut , nico j’espère que tu vas bien, jai débuté une préparation pour faire du triathlon en juillet dernier ou jai perdus 13 kg ( certe j’étais en sur poid) . Pendant l’hiver jai reduit mes entraînements et au mois de février de cette année , je me suis fait une rupture du ligament croise antérieure avec une fissure au ménisque . J’ai été opéré fin mars et la je commence a marché sans les bequilles . Quel entrainement est préférable pour redemarer le triathlon?
    A quelle allure ?
    Quel est pour toi le bon moment pour que j’attaque une épreuve?
    Merci d’avance pour tes réponses quand tu as du temps ,
    Et sinon à bientôt .
    Super pour tes videos continue comme ça .
    Christian Dupont.

    1. Nicolas PRELY dit :

      Bonjour Christian, je viens d retrouver ton message donc ma réponse arrive un peu tardivement. Si tu as été opéré au mois de mars tu pouvais reprendre gentillement la natation après un mois soit en avril. Puis tout doucement le vélo (sans utilisation de cales automatiques) après 2 mois, soit en mai. Enfin la reprise de course à pied ne se fait pas trop avant 3 mois et il faut que tu te sente bien. Pour ma part (j’ai connu exactement la même chose que toi) quand j’ai repris la CàP, j’ai recommencé de tout en bas, 1ere sortie de 1km (qui fût un calvaire) puis 2, puis 3, … Et 6 mois après l’opération je faisais un triathlon format sprint, ce fût déjà assez douloureux. 1 an après l’opération je faisais un trial de 24km qui s’est bien passé et c’était reparti. entre les deux j’ai fait plusieurs tri en format sprint et un en M.
      Ensuite c’est à toi de voir aussi avec ton ressenti si toute sens capable (avec la douleur).
      Je pense que depuis tu as dû reprendre, désolé de répondre si tard.
      Nicolas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *