Les 3 clés pour pour ne plus avoir mal aux fesses en vélo

J’entends souvent dire, je n’aime pas le vélo car cela me fait mal aux fesses…

C’est dommage car il n’est pas normal d’avoir mal aux fesses quand on pratique le vélo.

Voici donc 3 clés qui vous permettront de pratiquer le vélo et de vous entraîner en prenant du plaisir et ne plus avoir de douleur aux fesses.

Position des ischions en appui sur la selle
Les ischions sont en appui permanent sur la selle.

 

 

 

 

Retranscription de la vidéo:

 

Bonjour, et bienvenue sur le site triathlonpourtous.net. Aujourd’hui, nous allons aborder un nouveau sujet. J’entends souvent parler des gens qui me disent: « Moi, j’aime pas faire du vélo parce que ça fait mal au fesses.  » Alors, c’est dommage, parce qu’il existe des moyens qui permettent de faire du vélo sans avoir mal aux fesses. Ce n’est pas juste une normalité d’avoir mal au fesses en faisant du vélo. Pour moi, il y a trois clés qui permettent d’éliminer les douleurs aux fesses.

 

1° Le bon cuissard

La première chose, c’est d’avoir déjà le bon cuissard.

Il y a de l’entrée de gamme, du milieu de gamme, et du haut de gamme.

Voici un cuissard d’entrée de gamme

cuissard entrée de gamme
Un cuissard entrée de gamme ne protège que très peu contre les douleurs

Ce cuissard est un bloc de mousse, et est assez basique. Au toucher, on sent que ça fait une espèce d’effet ressort et ce n’est pas très épais. On sent qu’il y a un léger amorti, mais il n’y a rien d’exceptionnel.

 

Ensuite, vous avez ici un cuissard qui est plutôt situé sur le milieu de gamme.

cuissard lilieu de gamme
Un cuissard de milieu de gamme a déjà un bon niveau de protection dû à sa technicité déjà évoluée

 

On aperçoit déjà qu’il y a des formes découpées, ce n’est pas juste un simple bloc de mousse. Les formes permettent d’avoir des canaux de ventilation aérant et limitant les échauffements dus au frottements. Sur les longues distances, ça finit par échauffer.

Quand vous touchez, vous sentez que déjà ce n’est plus du tout la même qualité de mousse que le cuissard basique. L’amorti est bien meilleur, et a un léger effet mémoire de forme et c’est beaucoup plus agréable.

On aperçoit aussi des petits trous, c’est de la micro perforation favorisant la ventilation afin de limiter les échauffements.

Et après, vous avez pour finir ce cuissard très haut de gamme.

cuissard haut de gamme
Un cuissard de haut de gamme protège bien contre les douleurs grâce à sa qualité de mousse et ses ventilations efficaces

Donc là pareil, il y a différents pads permettant d’avoir des canaux pour l’écoulement de l’air et la ventilation. Les pads sont constitués d’alvéoles améliorant la circulation de l’air et la ventilation. Et quand vous appuyez sur la mousse, là vous voyez que c’est légèrement plus épais et en plus, la qualité de la mousse est complètement différente.  Donc c’est vraiment une mousse à mémoire de forme. Ce n’est pas du gel mais on n’est pas loin de ça.

Sur les cuissards de vélo, on voit qu’il y a de gros écarts.

De la même façon, il existe plusieurs niveaux de gamme de trifonctions. Les trifonctions utilisées en compétition ne seront jamais aussi épaisses qu’un cuissard de vélo puisque la trifonction est utilisée  pour les 3 disciplines. Il ne serait pas agréable (et surtout pas très utile) de nager avec une couche trop épaisse qui se chargerait en eau. Une couche trop épaisse serait également gênant en course à pied.

Cette trifonction est assez basique avec une couche équivalente à un cuissard bas de gamme. Donc c’est un bloc de mousse assez simple. Il y a quelques traces ici qui font un peu office de canaux, mais je pense que c’est plus pour faire du marketing, que pour faire vraiment de la ventilation. Et la mousse est vraiment extrêmement fine et la qualité est vraiment de l’entrée de gamme.

Ensuite, cette trifonction est de moyenne gamme et n’est pas forcément très chère. Par contre, les pads sont déjà beaucoup plus travaillés. Il y a plus de canaux de ventilation. Et quand vous appuyez dessus, elle est un tout petit peu plus épaisse. Elle n’est pas trop épaisse non plus, elle ne va pas se charger en eau ni être inconfortable. Par contre, quand vous la touchez, on revient un peu sur le milieu de gamme et le haut de gamme des cuissards de vélo. La sensation est complètement différente.

Donc on voit déjà qu’il y a des écarts qui sont énormes sur la qualité des cuissards et des trifonctions.

2° La bonne selle

Ensuite, la deuxième clé pour éliminer les douleurs, ça va être d’avoir la bonne selle.

Ici, j’ai deux selles avec moi. C’est juste des exemples, parce que les formes de selles, il y en a plus que ce que l’on peut imaginer. Donc, si on prend celle là, on voit que la selle est très ronde. Donc ça peut convenir à certains, mais pas tout le monde. Par exemple, si on a tendance à ne pas être très stable sur sa selle ; Le fait que ce soit rond, ça fait un peu comme si vous étiez assis sur un tube ou sur une main courante. Ça va créer des échauffements, parce qu’on aura tendance à tourner sur la selle et ça va créer des échauffements sur les os (ischios) qui viennent s’appuyer sur la selle, les os sous le bassin, et ça va être très douloureux. C’est insupportable comme douleur.

Ensuite, celle là est très droite, très plate, un peu plus courte. Par contre, elle est un peu plus creusée, elle est évidée sur la partie arrière. On voit qu’elle est beaucoup plus épaisse. En termes de mousse, c’est plus épais. Donc ça va être une selle qui est un petit peu moins typée sport, et plus confort.

Forcément quand on va appuyer dessus, comme je disais, c’est un peu plus axé confort. Par contre, quand on va appuyer dessus, ça va être un peu plus confort. En plus, il y a dessous une armature un peu plus souple. Elle va se déformer davantage. Elle est plus axée confort. Après, on a d’autres types de selles encore qui sont plus très travaillées, qui vont être plus creusées au milieu pour limiter l’appui du périnée, donc la compression sur le périnée. Et donc du coup, ça va limiter les douleurs. Et il y a certaines qui vont être coupée au niveau de ce qu’on appelle le bec de scelle, la partie avant de selle. Le bec de selle va être raccourci. Et donc pareil, ça va être toujours dans le même esprit.

Ça va permettre de limiter les appuis sur le périnée. Et aussi, on a encore des selles qui sont complètement découpées. Ici, elles sont complètement ajourées au milieu pour être toujours dans l’esprit d’enlever cette compression du périnée.

Attention, les selles qui sont complètement évidées sont de très bonnes selles, mais ne se choisissent pas par hasard. Parce qu’en fait on n’a pas tous la même physionomie, et donc les deux os sur lesquels vous reposez (ischios) quand vous êtes assis, ont un certain écartement.

Il faut mesurer cet écartement pour pouvoir définir la bonne largeur de selle qui vous convient. Parce que si les os s’appuient sur une arrête rigide comme ça, cela sera plus douloureux que sur une selle pleine. Donc, quand vous achetez une selle ajourée, c’est soit vous savez comment mesurer ; donc en général chez un vélociste, il va vous faire asseoir sur un appareil spécifique.

C’est généralement un bloc de mousse ou un bloc de gel qui va mesurer quand vous allez vous asseoir pendant 30 ou 40 secondes. Il va prendre l’empreintes pour pouvoir mesurer l’écartement sur des ischios. Et donc ensuite, on pourra définir la bonne largeur de selle. C’est mieux de le faire avec un professionnel qui a l’habitude. Si vous voulez le faire tous seuls, vous pouvez le faire mais c’est un peu plus dangereux. Si vous faites une erreur et que vous prenez une selle qui est trop large par exemple, vous allez avoir les os qui vont appuyés sur les arrêtes et ça va être vraiment insupportable.

Donc voilà, le choix de la selle est aussi très important. Ça va changer beaucoup de choses.

À titre personnel, moi, la selle que j’utilise aujourd’hui, quand je l’ai choisie, j’en ai essayé six. Donc, c’était un peu long mais par contre, entre ce que j’avais avant qui me faisait tout le temps mal et la selle que j’ai aujourd’hui, je peux rouler pendant quatre ou cinq heures de vélo, et je n’ai aucune douleur. Donc, ça change vraiment beaucoup de choses.

3° Le bon réglage de selle

Ensuite, la dernière des trois clés, la troisième clé ça va être d’avoir le bon réglage de selle. Déjà, une fois que vous avez trouvé la selle qui vous convient, il faut qu’elle soit bien réglée en hauteur. Il n’y a pas que la hauteur, mais principalement pour les douleurs sous les fesses, c’est la hauteur généralement.

Donc si vous avez une selle trop haute, forcément vous allez avoir les jambes tendues, vous allez avoir une pression qui va être maximale sur la selle. Et donc forcément ça va générer des douleurs.

Si vous avez une selle trop basse, vous allez avoir des douleurs dans le dos. Vous allez avoir des douleurs dans les genoux. Donc il faut avoir trouvé la bonne hauteur de selle.

Pour ceci, vous avez une formule qui existe, qui consiste à faire 0,885 x la distance  entre le sol et votre entrejambe (quand vous êtes debout).

Si vous ne voulez pas vous embêter à faire des calculs et des mesures, vous avez une autre solution, c’est :

Quand vous êtes assis sur votre vélo, les chaussures de vélo au pieds et les pédales enclenchées, la pédale doit être au maximum bas.

C’est ce qu’on appelle le point mort bas, c’est la position la plus basse de la pédale. Votre jambe ne doit pas être complètement tendue. Il doit y avoir une légère flexion dans votre genou.

Je vous donne une méthode pour vérifier.

Vous décrochez votre chaussure de votre pédale, et vous posez votre talon sur la pédale. Et là par contre, vous aurez la jambe qui va être tendue cette fois.

C’est approximatif, mais ça permet déjà d’avoir un bon ordre d’idée pour savoir si vous êtes à la bonne hauteur. Ça va dépendre aussi de l’épaisseur du talon de votre chaussure, si vous avez une cale ou pas. Parce qu’il y a des chaussures avec des cales à l’arrière. Donc ça peut varier un petit peu. Mais ça donne déjà un bon ordre d’idée sur la hauteur de selle.

Et après, si on veut parler de réglage de selle, pour finir on peut aussi régler le recul de selle et le basculement (l’inclinaison).

Donc le recul de selle, c’est très important. Parce que vous pouvez trop avancer ou trop reculer.

Et donc là, ça va vous gêner aussi, en plus des douleurs aux fesses, ça va vous générer aussi de la perte de puissance, donc vous aurez moins de puissance pour monter les cotes ou pour emmener du braquet sur le plat. Mais en plus, ça va vous générer des douleurs aux genoux. Donc c’est dommage.

L’avancée ou le recul de selle, on peut le mesurer rapidement. L’idéal c’est d’être deux.

Quand vous êtes sur le vélo, les deux pédales sont à l’horizontale. Et donc le pied qui est situé en avant, vous avez la jambe qui est déjà normalement à peu près 90°. Il faut que l’axe de votre genou soit à l’aplomb de l’axe de la pédale, donc au dessus de l’axe du métatarse, la flexion du métatarse.

Si vous avez l’axe de genou qui se retrouve devant l’axe de la pédale, c’est que votre selle est trop avancée. Si l’axe du genou est derrière l’axe de la pédale, c’est que votre selle est trop reculée. Cela vous générera des douleurs aux genoux.

Donc maintenant, vous connaissez tout. Vous avez les trois clés qui vont permettre d’éliminer les douleurs aux fesses:

1- Avoir le bon cuissard.

2- Avoir la bonne selle.

3- Avoir le bon réglage de selle.

Et maintenant que vous savez ça, à vous de vous faire vos réglages, de trouver le bon cuissard qui vous convient bien.

Et maintenant vous êtes armés pour pouvoir faire du vélo des heures et des heures pour vous faire plaisir et de ne plus avoir mal aux fesses.

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à cliquer sur « j’aime » et le partager.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article:selle de velo qui fait mal, mal aux fesses vélo, velo mal au fessier, mal aux fesses en velo, douleur selle velo, douleur fesse velo, mal au fesse velo, mal aux fessiers en velo, selle de vélo douloureuse, comment ne plus avoir mal aux fesses en faisant du vélo

7 réflexions sur « Les 3 clés pour pour ne plus avoir mal aux fesses en vélo »

  1. Merci pour cette vidéo ! J’ai suivi tes conseils et régler la position de ma selle. J’ai réussi à bien améliorer le confort au niveau de l’assise et également mes performances. Prochaine étape: acheter un bon cuissard !

  2. Merci pour la vidéo maintenant à mettre en oeuvre en espérant que sa fonctionne par ce que j’aime faire du vélo mais qu’est ce que ça fait mal

  3. Michel PETIT dit :

    Tutodiel intéressant,mais,bien que celà soit difficile ici, j’aimerais avoir un conseil de magasin permettant de réaliser tout celà.
    Mon usage est promenade un peu longue.
    Si c’est possible, merci pour votre conseil.
    Cordialement.
    Michel

    1. Nicolas PRELY dit :

      Bonjour Michel,
      En terme de selle cela va dépendre du budget que l’on veut y consacré. Cela va d’environ 30€ à 300€.
      Pour une selle avec des « matchs » en gel, on peut trouver ceci dans des grandes enseignes comme Décathlon ou Intersport. Pour une selle qui soit adaptée à la morphologie, il faudra se diriger vers un spécialiste qui fera des tests sur un support. Les revendeurs de la marque « Specialized » ont un outils test. Je suppose les revendeurs d’autres marques (FIZIK, Selle Italia,..) ont également ce type d’accessoire bien utile.

  4. Michel PETIT dit :

    Merci pour votre aide
    Cordialement

    Michel

  5. est ce que tu te fous la selle dans le cul de temps en temps?

    1. Nicolas PRELY dit :

      Euh… Non, je m’assois dessus de manière à avoir les ischions bien positionnés sur la selle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *