J’ai testé: Les chaussures Brooks Glycerin 13

Ayant pour objectif de travailler sur des longues distances, il m’a été suggéré d’essayer le modèle Glycerin de chez Brooks. Elles seraient une des références en terme de confort et d’amorti.

Ce sont des chaussures de running typées route, voire chemin en condition sèche et roulante. Ce ne sont en aucun cas des chaussures de trail.

Brooks-glycerin-13

Premières impressions

De premier abord, je les ai trouvés assez sympas d’un point de vue esthétique (ce critère n’étant que très suggestif). Personnellement, je trouve que nombreux modèles de chez Brooks sont assez sobres voir un peu trop à mon goût parfois. Celles-ci sont plutôt réussi avec un mélange de bleu et de jaune vivant sans être « flashy ».

Après inspection en long en large et en travers, on retrouve la qualité de fabrication déjà constatée sur d’autres modèles de la marque, à savoir des coutures bien positionnées et très soignées. Même sous la semelle de propreté, les coutures sont remarquables.

Statique

Dessus

Sur le dessus, on retrouve une tige qui est constituée de tissu à maille très fine et à l’apparence très résistante sur lequel sont collées des pièces en plastique souple et caoutchouc. L’assemblage est très sérieux et même après 400kms d’usage, rien n’a bougé.

Sur la partie avant du pied on retrouve une pièce de sky qui pourrait faire office de pare-pierres mais est un peu trop souple pour réellement apporté une protection de ce type. Il est plus là pour apporter un renfort du tissu dans la zone.

A l’arrière du talon, une pièce en plastique souple et réfléchissant est très utile pour se faire repérer lors de sorties nocturnes. Sa taille étant conséquente, on peut imaginer qu’elle est bien visible par les automobilistes.

Brooks-glycerin-arriere

Les lacets, quant à eux mérite que l’on s’y attarde. En effet ils sont de section ronde mais surtout dans un tissu un peu « strech » qui permet d’avoir un serrage excellent au niveau du coup de pied dès le départ. Mais aussi lorsque le pied gonfle, ils ne deviennent pas compressifs et désagréable comme cela peut se produire parfois. Et pour finir, de fait de leur matière un peu particulière, le nœud ne se desserre jamais, c’est réellement du bonheur.

 

 

Dessous

La semelle de la Glycerin est doté d’une multitude de petit crampons assez serrés et peu proéminents, on comprend donc que leur utilisation est bien ciblé sur un usage route ou chemin sec.

Brooks-glycerin-semelle

La gomme est très tendre et offre une excellente adhérence. Malgré sa souplesse, même après 400kms d’utilisation l’usure est assez faible, on peut donc imaginer qu’elles sont assez robustes pour envisager de faire 800 à 1000km avec.

Intérieur

Pour ce qui est de l’intérieur, on retrouve comme sur d’autre modèle récents, le principe du chausson qui lui apporte une qualité de confort remarquable. On ne trouve aucune couture mal placé ou proéminente qui pourrait venir taller ou générer une irritation.

Brooks-glycerin-interieur

Le tissu ayant une maille assez serrée, cela ne permet pas d’avoir la sensation de « fraicheur » que l’on retrouve parfois sur certains modèles extrêmement ventilés mais pour autant la ventilation est suffisante pour faire des sorties longues sans avoir de sensation d’échauffement.

Dès que la chaussure est enfilée, la sensation de confort est immédiate. C’est même surprenant de moelleux.

Dynamique

Dès que l’on va commencer à courir, la sensation de bien être ressentie à l’arrêt, se confirme.

C’est un étrange mariage de confort par le moelleux et de dynamisme par le rebond. Effectivement, parfois certaines chaussures moelleuses à l’arrêt se traduisent par un comportement un peu « mou » lors de la course avec un maintient trop léger.

Ici ce n’est pas le cas. Le maintient est tout à fait à la hauteur. Lors de course sur des dévers, le pied reste bien en place et la semelle ne se dérobe pas sur le côté.

L’amorti est maitrisé et sera parfait même pour les sorties longues. Le drop de 10mm et un bon compromis pour pouvoir garder une chaussure dynamique si l’on souhaite accélérer mais est suffisamment important pour ne pas trop fatigué les mollets lorsque le coureur a l’habitude de courir avec l’un des nombreux modèles situés plutôt à 12mm.

Rappel sur les lacets qui sont vraiment excellents lors de la course et qui ne génèrent aucun point de compression sur le coup de pied lors du gonflement du pied.

Leur poids de 305g (mesuré sur la pointure en 42) reste contenu pour une chaussure qui permet de faire de la longue distance.

Brooks-glycerin-poids

Conclusion

Ces Brooks Glycerin laissent vraiment une très belle impression tant au niveau de la qualité de finition, la robustesse que le confort ou encore le dynamisme. Le poids légèrement supérieur à ce que j’ai l’habitude d’utiliser se fait vite oublier tant le confort est à un niveau élevé.

Ce sont des chaussures que l’on peut utiliser lors d’entraînements comme en compétition longue distance. C’est clairement le type de chaussure à retenir pour aller courir un marathon ou même un semi.

Si vous avez aimé cet article, claquez sur « j’aime » et partager le !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *