Bien choisir ses chaussures de course à pied

Que l’on soit débutant ou où même habitué à courir, un paramètre important pour courir en prenant du plaisir et sans se blesser,  les chaussures.

choisir-ses-chaussures-de-course-a-pied

Y a-t-il des bonnes ou des mauvaises chaussures à éviter ? Voyons donc les 5 étapes pour bien choisir ses chaussures de course à pied.

L’article est aussi disponible en video (en bas)

1° Pointure

Pour commencer, le premier paramètre qui est bien sûr le plus important, c’est la pointure. Toutes les marques ne taillent pas exactement à l’identique, il est donc important de les essayer si vous n’avez pas l’habitude. En général, une fois que l’on a trouvé les 2 ou 3 marques qui nous correspondent le mieux on sait quelle pointure choisir dans ces marques retenues.

Ensuite pour bien choisir la pointure, si vous n’êtes pas un habitué, mieux vaut se laisser conseillé et guidé par un vendeur spécialisé. Car en course à pied il est très important d’avoir le pied correctement maintenu mais pas trop serré, le pied va gonfler légèrement lors de la pratique.

Il est d’usage de prendre 1 pointure de plus que sa pointure de tous les jours (chaussure de ville) pour une pratique piste et asphalte et une pointure et demi en plus pour la pratique du trail (pour éviter que les doigts de pieds viennent toucher l’avant de la chaussure dans les descente).

Mais en aucun cas vous devez être au bout de la chaussure lorsque vous êtes debout à l’arrêt.

 

2° le chaussant

Ensuite, un autre paramètre également important mais parfois négligé quand on ne connaît pas suffisamment la pratique, c’est le chaussant.

On appelle chaussant, la partie supérieure (en textile) qui vient maintenir le pied sur la semelle.

En fonction des marques, il y a de grandes différences, il est donc important de trouver la ou les marques qui nous conviennent.

Cela va dépendre de la forme de votre pied. Certains sont larges, d’autres fins.

Par exemple, une personne avec un pied fin dans une chaussure large aura la sensation de manquer de maintient lors des appuis latéraux mais surtout, le léger déplacement du pied dans la chaussure provoquera un échauffement sous la voute qui pourra mener à une brulure et des ampoules.

Il faudra également regarder la forme de votre voute plantaire, certaines seront très plate tandis que d’autres pourront être très galbé. Pour cela la totalité de votre pied doit être en contact de manière homogène avec la semelle de propreté (semelle interne de la chaussure).

En fonction des marques, ont peut trouver son bonheur. Si ce n’est pas le cas, alors rendez visite à un podologue pour vous faire fabriquer des semelles orthopédiques sur mesure. Le coût varie entre 80 et 100 euros et cela va changer votre vie.

Ensuite retournez choisir vos chaussures avec les semelles sur mesure.

Enfin, le dernier paramètre concernant le chaussant, c’est le coup de pied. Tout comme la largeur, certains auront un coup de pied « fort » et d’autres plus fin.

 

 

3° Le type de foulée

Le type de foulée, quézako ? Vous avez probablement déjà vaguement entendu parler de « pronateur », « supinateur » ou « universel », ce sont les trois types de foulée que l’on peut avoir.

Le pronateur est quelqu’un qui a tendance à courir sur l’intérieur du pied, le supinateur sera à l’inverse quelqu’un qui court plutôt sur l’extérieur du pied. Et l’universel, c’est le juste milieu.

Pour choisir ceci il faudra soit que vous veniez voir le vendeur avec vos anciennes chaussures de running pour qu’il regarde comment vous les usez, soit vous devrez courir sur un tapis de course ou le vendeur analysera votre foulé avec une caméra. Il faudra dans ce cas obligatoirement aller chez un spécialiste équipé (très nombreux dorénavant).

Il est important de surveiller ce paramètre pour éviter les blessures bien souvent situé sur les ligaments au niveau des genoux.

Nota : pour un excès de pronation ou de supination, cela peut être corrigé avec des semelles sur mesure chez un podologue

 

4° Le type de pratique

Cet aspect est moins primordial pour la santé mais contribuera au plaisir. Car rappelons-le, il est très important de prendre du plaisir.

Suivant le type de pratique que vous envisagez, il y aura différents produits à votre disposition. Vous trouverez donc des chaussures adaptées à la piste (d’athlétisme) ou encore à la route et encore aux chemins (trail).

 Les chaussures de pistes seront très légères et très dynamiques pour courir vite sur des courtes distances.

Les chaussures de route seront elles un peu plus lourdes mais auront aussi plus d’amorti

Enfin les chaussures de trail seront assez spécifiques avec des crampons plus agressifs ou résistants pour avoir plus d’adhérence en conditions difficiles (boue, pluie, pierre,…), seront souvent équipées de protection sur l’avant du pied afin d’éviter les impacts de pierres sur les doigts de pieds (très douloureux) et auront une semelle souvent plus rigide pour limiter l’impact des rochers sous la voute plantaire.

Un bon vendeur commencera par vous demander ce que vous souhaitez faire avec vos chaussures avant de vous proposer un modèle.

Il existe aussi des modèles un peu « passe partout ». Capables de vous accompagner sur les routes ou les chemins, ces chaussures seront souvent un peu lourdes et pas forcément performantes mais permettent de n’avoir qu’une paire qui sert à tout faire sans trop se prendre la tête.

 

 

5° Le drop

Enfin un dernier point qui n’est pas connu de tous mais pourtant à ne pas négliger, le drop.

On parle de drop (mot anglais) pour définir la différence de hauteur entre l’avant du pied et le talon.

Les valeurs de drop usuelles sont de 0mm ; 4mm ; 8mm ; 12mm. Il y en a d’autres bien sûr mais c’est celles que l’on retrouve le plus souvent.

Plus la valeur sera basse plus cela sollicitera les mollets lors de la course, il faudra donc être bien entraîner. Pour un débutant, il faut plutôt privilégier des valeurs hautes comme 8 ou 12mm.

Plus on souhaitera courir vite plus on descendra cette valeur mais attention, on ne passe pas de 12 à 4 comme ceci d’un jour à l’autre. Cela provoquerait de grosses fatigue musculaires voir des tendinites.

Il faut le faire de manière progressive. Si vous avez l’habitude de courir avec un drop de 8 et souhaitez passer à 4, achetez vous une paire qui convient et ne l’utiliser pas à chaque sortie dans un premier temps et sur des distance plus courtes que ce que vous êtes habitué.

Ensuite, progressivement, utilisez-les de plus en plus souvent.

 

Conclusion :

Dire qu’une marque ou un modèle est bon ou mauvais serait un manque d’ouverture d’esprit. En réalité, le choix des chaussures de course à pied est propre à chacun. Il faut prendre garde de bien choisir la pointure, un chaussant qui corresponde à la forme de son pied, le type de foulée, un modèle adapté à son utilisation et un drop adapté à ses habitudes.

Si vous avez aimez cet article, cliquez sur « j’aime » et partagez la.

La version vidéo pour ceux qui n’aime pas lire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *